Tosoco, késako?

 

ToSoCo est une association de solidarité internationale créée en août 2011 qui a pour objectif de promouvoir un tourisme solidaire et équitable qui contribue au développement local des pays visités. 

 

Pour l'instant, l'association a mis en sommeil les voyages solidaires. Mais n'hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous aider à organiser votre voyage au Maroc et à Madagascar et vous donner des contacts. 


Retour sur l’exposition « Voir Madagascar autrement à travers l’art contemporain »

Des ponts tissés entre Madagascar et la France…

 

 

Chez ToSoCo, la solidarité et les échanges interculturels se vivent dans les deux sens. Les circuits solidaires à Madagascar et au Maroc offrent aux voyageurs curieux l’opportunité de découvrir « autrement et de l’intérieur » ces pays. Au fil des années, des liens solides se sont noués entre l’association ToSoCo et ses partenaires. Et c’est tout naturellement que nous avons invité certains de nos partenaires en France pour y présenter leur travail et visiter notre pays.  

 

 

En mars 2017, Malika Dadsi, présidente de la coopérative artistique féminine Talayte, au Maroc, a participé à une exposition pour la Journée de la Femme en Normandie.

 

En août dernier, l’artiste malgache Mme Zo nous a fait le plaisir de venir en Nouvelle-Aquitaine, pour une exposition résidence de deux semaines. Une chance pour les habitants de Villeneuve-sur-Lot de voyager par l’esprit en admirant les œuvres contemporaines de Mme Zo, et d’apprendre l’art du tissage mêlant raphia, sisal, vétiver, tissus et feuilles d’arbre…

 

Car à Madagascar, Mme Zo a pour toile un métier à tisser, et pour pinceaux toutes sortes de matériaux récupérés : fils de cuivre, plastique, textiles, végétaux… Une réinvention contemporaine du tissage, technique ancestrale de la Grande Ile. « Je tisse n’importe quoi et n’importe quand (rires). C’est ma façon de travailler », explique Mme Zo aux participantes d’un atelier. A chaque œuvre correspond une histoire, souvent poétique, parfois décalée comme avec ce pommeau de douche.

  

 

L’exposition, du 5 au 17 août 2019, a attiré de nombreux visiteurs. Des passants intrigués par l’affiche à l’entrée de La Cabane – Heures vagabondes, nouveau lieu de « rendez-vous avec l’imaginaire » à Villeneuve-sur-Lot. Des lecteurs de Sud-Ouest ou de La Dépêche du Midi, séduits par l’article écrit sur événement. Chacun était libre de simplement déambuler devant la quinzaine d’œuvres exposées, ou d’engager la conversation avec Mme Zo.

 

Chaque personne, avec son regard singulier, a tissé un pont avec le travail de l’artiste. « C’est complètement inattendu. Il y a un côté insolite qui me fait penser à du théâtre de rue » s’enthousiasme Céline. Isabelle nous confie quant à elle : « je suis très touchée par la présence de Mme Zo à Villeneuve-sur-Lot. J’avais déjà vu ses œuvres au musée du quai Branly l’an dernier. On voyait déjà l’utilisation de matériaux inhabituels dans le cadre d’un travail traditionnel malgache : bandes de cassettes vidéo, copeaux de bois… L’exposition à Villeneuve ajoute la possibilité à tout un chacun de participer. »

 

Mme Zo a créé deux œuvres pendant sa résidence, inspirées de son séjour en Lot-et-Garonne à partir de végétaux locaux. La plus grande représente le Lot ondulant au milieu d’une verte nature, et a rencontré un joli succès auprès des visiteurs. Cette œuvre éphémère, composée essentiellement de feuilles d’arbre et de branchages, change de couleur au fil des jours. Suivant le vœu de l’artiste, elle va rejoindre le site biodiversité du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE 47), partenaire du projet.

 

L’exposition a été ponctuée de visites guidées et de deux ateliers tissage avec Mme Zo. Adultes et enfants se sont pris au jeu et - en quelques heures - ont eux aussi créé deux compositions originales mêlant matériaux malgaches et français. Un moment convivial, une ouverture interculturelle et une sensibilisation aux enjeux du développement durable. « J’ai bien aimé créer. Les idées viennent au fur et à mesure. Les œuvres exposées sont très jolies. » conclue Juliette, 9 ans.

 

 

 

Au total, environ 250 personnes ont vu l’exposition et participé aux ateliers. Mme Zo a vendu quatre œuvres à l’occasion de son séjour en France, ce qui l’aidera à continuer à tisser suivant sa trame fine et originale, écologique et poétique.

 

 

Rédaction : Camille Guéneau, membre de ToSoCo